Cracovie – Usine Schindler et GHETTO

Aujourd’hui nous descendons encore plus au sud de la ville, encore plus au sud que Kazimierz, dans l’ancien ghettos juif. nous poussons donc quelques stations de tram.

Voir l’article sur notre ballade a kazimierz

et Cracovie – Auschwitz

Au programme du jour :

  • Ghetto juif,
  • Usine de Schindler,
  • Musée art moderne si on a le temps

Les deux bâtiments sont côte a côte. La logique nous impose d’aller a l’usine en premier car elle ouvre plus tôt (10h) que le musée d’art moderne.

A la veille de la seconde guerre mondiale il y avait 1/4 des habitants de Krakow qui était juifs soit 60 000 personnes/250 000

Il en resterait seulement 200 a aujourd’hui!

Le réveil nous réveille pour une fois…

Jakdojade nous indique 20 min trajet.

Et Météo-France de la pluie ce matin. On a perdu 10 degrés depuis hier donc ce matin nous prenons pull et parapluie.

Et comme on est mal réveillé ben on prend le tram dans le mauvais sens … encore.


Usine de Schindler

Aujourd’hui, on part à l’usine. Mais pas n’importe quelle usine. L’usine d’Oskar Schindler à Cracovie en Pologne !

Nous avions auparavant pris soin de réviser nos classiques et revisionné la liste de Schindler de Spielberg.

A l’époque, Schindler ne bénéficiait pas d’une réputation des plus brillantes: homme à femmes et buveur notoire, ce membre du parti nazi avait fondé sa Deutsche Emalwarenfabrik («Emaillerie allemande») sur les restes d’une entreprise saisie à un industriel juif.  «Roi de l’exploitation, il versait des salaires de misère aux travailleurs polonais, et ne payait pas les juifs», écrit Leon Leyson.
Pourtant, c’est cet homme qui a sauvé la vie d’un millier de ses employés.

Découvrant les conditions de survie dramatiques des Juifs, dans le ghetto puis dans le camp de Plaszow, Schindler s’est lancé dans une formidable opération de sauvetage où il a tout fait pour protéger « ses » travailleurs de la mort et de la déportation. Il a sauvé 1200 d’entre eux.

« Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats  » Albert Schweitzer

L’usine de Cracovie, elle, a été reprise par l’entreprise de télécommunications Telpod, qui a préservé l’entrée et la façade, adaptant l’intérieur de l’usine à ses besoins. Ce n’est qu’en 2005 que la ville de Cracovie a racheté l’usine pour en faire un musée.

Nous avions étudié la possibilité de faire une visite guidée pour cette partie mais tous les « tour » sont soit en polonais soit en anglais…

Certains texte sont poignants

Mesdames et Messieurs! Vous avez essayé de reprendre le travail dans vos unités de recherche et d’organiser des examens sans demander notre permission. Vous avez tenté de réactiver l’Université sans obtenir notre autorisation. En agissant de la sorte, vous avez en effet prouvé que vous n’avez aucune idée de la situation réelle dans laquelle l’Université s’est récemment trouvée et qui se poursuivra au moins jusqu’à la fin de la guerre. Vos tentatives de passer des examens et de reprendre le fonctionnement normal de l’Université sont un acte de malice et d’hostilité envers le Troisième Reich. À côté de cela, l’Université Jagellonne a toujours été un centre de propagande anti-allemande. Considérez-vous arrêté. Vous serez conduit dans un camp de prisonniers de guerre où vous serez correctement informé de votre situation réelle. Aucune question ne devrait être posée. Je vais maintenant demander aux dames de partir. Et vous, messieurs, vous serez immédiatement emmenés. Je pense que M. Rector daignera y aller en premier.  » SS Sturmbannführer Bruno Müller, Université Jagellonne, Collegium Novum, 6 novembre 1939″

 

Annonce par le Kreishauptmann à ürójec (district de Varsovie) concernant l’attribution de récompenses à des Juifs qui se cachent ou à des Polonais qui les ont assistés.

ANNONCE

1 Toute personne dénonçant un Juif errant sans autorisation dans le district à la police respective sera récompensée par 100 kg de seigle, à condition que les autorités soient en mesure de sanctionner celui qui sera dénoncé ultérieurement.

2. La même récompense s’applique lorsque des personnes offrant un abri ou de la nourriture à des Juifs sont abonnées des noms de Juifs errant. Grójec, 19 décembre 1941 Kreishauptmann Les récompenses des informateurs étaient des plus inquiétantes: quelques litres de vodka, des cartouches de cigarettes, du sel, du sucre par kilo), parfois de mozey (500 à 1 000 zlotys).

Par conséquent, les Allemands n’accordaient pas une grande valeur à la vie Juif Azdrzes Crsalbas Dniee Krakows. Ton 5 Kraków w latach 1939-1945 Histoire de EA de Cracovie. Vol. 5 Cracovie dans les années 1339-19451. Cracovie 2002 p. 158

Les mises en scène sont superbes : photo, reconstitution, et son !

Nous ne regrettons pas d’être arrivé les premiers dans le musée.

La visite, sans nous pressé +photo a duré 1h20. Je la recommande chaudement c’est super bien fait


Le café du MOCAK

Il fait un peu de grain alors nous nous rendons au café du musée en attendant son ouverture a 11h…

En Pologne il est quasi impossible d’avoir un chocolat chaud. Donc ce sera cappuccino.

Ça caille dehors on a perdu 8-10 degrés et c’est humide …


Le ghetto

Le ghetto juif de Cracovie en Pologne était l’un des cinq principaux ghettos créés par le Troisième Reich dans le Gouvernement Général en Pologne occupée, lors de la Seconde Guerre mondiale.

Avant la guerre, Cracovie était un centre culturel influent et  60 000 à  80 000 Juifs y résidaient selon les recensements de l’époque. 

Ils habitaient majoritairement dans le quartier de Kazimierz, où ils cohabitaient notamment avec des Cracoviens catholiques. Les nazis ont créé à partir du  le ghetto en dehors de ce quartier, sur l’autre rive de la Vistule, à Podgórze vidé à cet effet de la quasi-totalité de ses résidents non-juifs (3 000 personnes) pour laisser la place avant la fin mars à plus de 15 000 nouveaux occupants (en tout 45 000 y seraient passés durant ses deux années d’existence).

Cracovie – Kazimierz l’ancien quartier juif à Krakow

C’est dans ce ghetto que les nazis firent bâtir plusieurs usines et ateliers où des Juifs étaient astreints au travail forcé. La fabrique d’émail d’Oskar Schindler, qui parvint à sauver une partie de ses travailleurs (La liste de Schindler), se situait un peu plus à l’est, en dehors des limites du ghetto.

La première évacuation du ghetto eut lieu en juin 1942, organisée par Julian Scherner, et la suivante en octobre de la même année. Ses habitants étaient déportés vers les camps de la mort. Finalement, le 13 et 14 mars 1943, le ghetto fut totalement liquidé. Les vieillards, les enfants et les malades furent assassinés sur place ou déportés à Plaszow, Bełżec ou Auschwitz-Birkenau, et la grande majorité d’entre eux ne sont jamais revenus.

Cracovie – Auschwitz

Peu avant la liquidation du ghetto, le sergent Oswald Bosko, membre de la police allemande, contribua à sauver des centaines d’enfants, puis, après la liquidation, vint en aide à des familles cachées.

Le cinéaste Roman Polanski a vécu une partie de son enfance dans le ghetto de Cracovie, avant la déportation de sa famille.

En fait on ne voit rien de spécial. La vie a repris son cours


La place des chaises

je retrouverai son vrai nom plus tard

Cette place, en plein milieu du ghetto représente les seuls meubles que les juifs purent emporter: une unique chaise par personne.

Quand ils furent déportés vers les camps, leurs chaises restèrent.

Entassés dans quelques rues, les gens n’avaient plus que 2 m2 par personne pour survivre.

Aujourd’hui, sur la place centrale du ghetto, se dressent 68 sculptures de chaises vides, en souvenir des absents. Une vision déchirante.

 

Bien évidemment une petite cache s’impose GC TRADI. Le mobilier urbain étant différent du notre les habitude des poseurs sont différentes aussi.


Nous partons ensuite en mode Géocaching et cela nous emmène dans des fourrés aux bords du periph (chemin pieton) pour loger notre letterbox GC LETTERqui manquait a la diversité de nos caches.

Ce que j’aime dans ce pays c’est la rareté des orties et de ronces ! La végétation bien que haute ne nous arrache donc pas les mollets ^^

A partir de la nous redescendons tranquille vers le sud, au delà du periph, pour une ballade de quelques km dans la pampa polonaise.

 

 

 

 

Nous ferons un break dans un cimetières très très décoré ou les tombes sont ornées de petits luminions (qui doivent avoir un nom spécial).

Il y en a aussi bien dans les cimetières catho que juifs.

En souvenir pour Oliv nous nous arrêtons en acheter aussi et nous les ramènerons en france. Enfin compte tenu de nos bagages nous prendrons des tout petits.


le camp de plaszow

Płaszów est un quartier de Cracovie près duquel fut établi Kraków-Płaszów, un camp de travail forcé en Pologne (Zwangsarbeitslager Plaszow der SS – und des Polizeiführers im Distrikt Krakau), transformé ensuite en camp de concentration nazi(Konzentrationslager Plaszow bei Krakau) en 1944, date à laquelle il atteint son extension maximale. Il fut créé pour la population juive du ghetto de Cracovie après la liquidation de ce dernier.

Quand nous nous rendant au camps de concentration de plaswow dans l’intention de compléter notre calendrier de geocache nous capitulons devant 1m50 d’orties (oui la yen a plein)

Nous entrons donc dans un parc très verdoyant avec des petits animaux ou la foret a repris ses droits.

La ballade est boueux, quelques herbes hautes nous trempent chaussures et chaussettes il est temps de rentrer nous sécher un peu

 


nous ne passerons pas au Musée d’Art Moderne à Cracovie MOCAK

Du moins pas aujourd’hui peut être vendredi en fonction du temps

 

 


Au retour nous faisons un stop a la supérette pour racheter cette super biere au citron et acheter de la vodka pour goûter

Demain nous irons à la mine de sel :

Cracovie – mines de sel de Wieliczka

 


Nous rencontrons nos premiers soucis de voisinage pas nous a cause de la vodka mais le voisin du dessus en plein travaux de gros oeuvre: scie marteau et perceuse à 21h.

Du coup on a appris que le tapage nocturne c est 22h et quand on est monte on a sonne il voulait pas ouvriron a été reçu par une soupe a la grimace. Mais il a arrêté on va pouvoir se coucher

Ah ben non en fait ils recommence , perceuse, marteau on est gâte … on va faire connaissance avec la police polonaise je crois.


Source


7 réflexions sur “Cracovie – Usine Schindler et GHETTO

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s