Visite a l’ancienne Prison de Nantes

Rue Descartes, dans le centre ville de Nantes, la prison Lafayette a fermé en 2012.

Qu'est ce qui se passe a l’intérieur ?

Pour l'instant inoccupé, les lieux servent de décor à des soirées et se visitent.

  • diner dans le noir,
  • soirée électro

Les lieux ont aussi été confiés aux talents d'artistes graffeurs du Grand Ouest. Ainsi, ici et là, les murs sont ornés de fresques géantes. Étonnante, la visite n'en est pas moins intéressante. En effet, elle est commentée par les bénévoles du Génepi (Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées).

 

 

Truffées d'informations et de témoignages, leurs explications renseignent largement sur les conditions de vie de personnes détenues. Le Génepi milite pour le décloisonnement de l'enfermement. "Notre objectif premier est de créer des passerelles entre la société civile et le monde carcérale", précise Léa, membre de l'association

Nantes "Entrez libre" :

D'habitude, c'est un lieu qui ne se visite pas. Que l'on évite. Dix artistes invités par l'association PIck Up Production dans le cadre du festival "Le Voyage à Nantes", s'y sont pourtant engouffrés sans hésiter. Vous les avez sans-doute vu passer avec leurs échelles, leurs bombes de peinture et leurs pochoirs. Leur objectif ? Redonner vie à l'ancienne maison d'arrêt de Nantes, datant de 1869 et vide depuis 2012. Surtout, ils apportent une réflexion sur le thème de l'enfermement carcéral.

 

Les artistes invités étaient : David Bartex, Gilles Bouly, Jurictus et Sam Rictus, Katjastroph, Nosbé, Persu, Rémi, Skio, Kazy Usclef.

Carmen Beillevaire, Sébastien Marqué et Pick Up Production ont dirigé le projet.

Le premier visiteur de l’exposition était un ancien détenu de la maison d’arrêt

Nicolas Reverdito, de « Pick up production », à l’origine de l’exposition qui a maintenant investi les murs de la prison, explique : "Notre premier visiteur, le 1er juillet, avait été retenu ici dans les années soixante. Il est revenu une deuxième fois, juste pour voir l’exposition. La première fois, c’était trop fort, il n’a rien vu". Les œuvres de l’exposition « Entrez libre » sont visibles jusqu’au 27 août.

Dessins de détenus entassés et hurlant de douleur, graffitis évoquant le chaos : dans les murs de l'ancienne maison d'arrêt de Nantes, vouée à la démolition avant sa reconversion, l'exposition "Entrez libre" offre une plongée "bouleversante" et "angoissante" dans l'univers carcéral.

placeholder://

 

//embedftv-a.akamaihd.net/bb60ae5a68064cbe7e8347f1cad214a8<br /><a href="http://culturebox.francetvinfo.fr/arts/street-art/a-nantes-l-ancienne-prison-fait-place-a-une-exposition-angoissante-259825&quot; target="_blank">Des street-artistes derrière les barreaux. </a>

David Bartex, un local proche des prisons

Pour ces artistes, pas question de faire du voyeurisme. Ils n'ont eu accès qu'au bâtiment principal et quelques annexes, mais pas aux ailes anciennement réservées aux détenues. Sans aucune restriction, ils ont pu repeindre les sols, les plafonds et même les murs extérieurs, selon leurs envies. Avec leurs productions, ils tentent de ramener l'âme des anciens occupants. Pour certains, la découverte de ce lieu permet aussi de confronter son imaginaire à la réalité. Pour David Bartex, c'est la configuration même des locaux qui l'a étonné.
placeholder://

C'est frappant de monter ces grands escaliers, on s'attend à un grand hall mais non. C'est de suite : porte en fer, petit contrôle sur le côté, petit contrôle sur l'autre côté et c'est tout.

David Bartex, graffeurC'est ainsi lui qui a conçu un œil gigantesque aux couleurs criardes, surplombant l'escalier principal de la prison. Exubérant, il a souligné les traits de cet observateur géant par des lignes dorées. Surpris, choqués ou admiratifs, les visiteurs de la prison ne restent pas de marbre face à ces oeuvres dérangeantes. "C'est magnifique, mais ça me met mal à l'aise", avoue ainsi un spectateur lors d'une visite. Parmi ces curieux venus explorer la prison, on trouve même un visiteur un peu spécial : l'ex-défenseur de l'équipe de France de football Marcel Desailly, qui a adoré l'exposition.

placeholder://

Que va t elle devenir ?

Rachetée par la Métropole fin 2015, l'ancienne maison d'arrêt de la place Aristide Briand va être entièrement transformée, notamment pour accueillir des logements. Quatre équipes étaient en lice pour le réaménagement du site et c'est finalement celle du promoteur Cogedim, associé au groupe Histoire et patrimoine et à deux équipes d'architectes urbanistes Jacques Cholet du cabinet DTACC (qui a déjà réalisé le Radisson Blu voisin) et Antoine Allard du cabinet Tandem.

 


En attendant on fait quoi d'autre ?

Infos pratiques

Entrez Libre Du 1er juillet au 27 août 2017, Greffe de l'ancienne maison d'arrêt, Rue Descartes, Nantes.

7J/7. Ouvert les jours fériés.

De 10h à 19h (22h pour l'ouverture le 1er juillet)
Accès libre, dans la limite des places disponibles

(100 places dispo a l’intérieur, compter 1 a 2 heures d'attente)

 

De même, cette exposition s'inscrit aussi dans une volonté de découvrir autrement la ville de Nantes. Il est possible de suivre un itinéraire insolite en vélo, en suivant une ligne verte tracée au sol et qui traverse la ville.


A voir aussi sur Nantes :


3 réflexions sur “Visite a l’ancienne Prison de Nantes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s